Retour  la page d'accueil Faire un don

Les traitements

Version imprimable

Un implant dentaire est une racine dentaire artificielle utilisée pour le remplacement de dent(s) absente(s). L’implant ne doit pas être confondu avec la « dent à pivot » ou « couronne » qui est fixée dans une racine dentaire existante et saine.

L’implant est constitué de titane, qui permet l’ostéointégration : l’os se lie à la surface de l’implant. Dans le cas d’une maladie rare, l’ostéointégration peut être plus délicate et temps de cicatrisation un peu plus long.

Un examen clinique et radiographique est nécessaire avant de décider de la faisabilité des thérapeutiques implantaires. Une radiographie panoramique dentaire est systématiquement demandée, un examen scannographique peut être prescrit pour une évaluation tridimensionnelle du volume osseux.

Pour permettre la pose d’un implant, il faut un os de hauteur et d’épaisseur suffisantes et de bonne qualité. Si ce n’est pas le cas, il peut être nécessaire de recourir à des greffes osseuses.

Les taux de réussite des traitements implantaires sont supérieurs à 90%.

Certaines pathologies générales telles que les antécédents d’irradiation de la zone concernée, le diabète non équilibré, certaines maladies immunitaires, osseuses, cardiaques ; certains médicaments contre-indiquent la chirurgie implantaire. Ce point est à considérer au cas par cas et après concertation entre le chirurgien-dentiste et les médecins.

La réhabilitation implantaire s’effectue en deux phases : une phase chirurgicale et une phase prothétique.

Phase chirurgicale

Elle se fait sous anesthésie, locale ou parfois générale et sous antibioprophylaxie. Le praticien incise la gencive puis il réalise un forage osseux pour créer un espace où il va placer l’implant qui sera vissé. La gencive est ensuite suturée. Les fils sont déposés la semaine suivante. L’intervention dure de une heure pour un implant à plus (pour plusieurs implants), les suites opératoires sont le plus souvent très simples.

  • des médicaments antalgiques seront prescrits par le chirurgien, ils seront à prendre dès la fin de l’intervention et durant 3 jours.
  • un oedème et un petit hématome peuvent apparaître, ces désagréments peuvent être fortement limités grâce à l’application de froid (poches de glace ou gant de toilette avec des glaçons) pendant les heures qui suivent l’intervention.
  • l’hygiène doit être maintenue, en brossant les dents avec une brosse souple et en évitant la zone opérée. Des bains de bouche pourront être prescrits, ils seront à débuter 24 heures après l’intervention.

On observe ensuite un délai d’attente de 2 à 6 mois pendant lequel l’implant va s’ostéointégrer, il ne doit donc pas être sollicité durant cette phase. Pendant cette période, une prothèse provisoire amovible peut être portée, sauf pendant les 15 jours suivant la chirurgie.

2 à 6 mois plus tard, si le ou les implants ont dû être totalement enfouis, une petite intervention consiste à mettre en place une vis de cicatrisation pour préparer l’évasement gingival. La partie prothétique peut alors commencer.

Phase prothétique

Il existe deux grands types de prothèses : les prothèses amovibles, qui peuvent s’enlever, et les prothèses fixées, qui restent en place. Dans les deux situations, une hygiène rigoureuse est indispensable : la prothèse amovible s’enlève pour être nettoyée, et les prothèses fixes doivent être brossées soigneusement comme les dents naturelles.

Il existe des méthodes d’hygiène plus spécifiques aux prothèses sur implants que le chirurgien-dentiste vous expliquera.

Prise en charge des implants chez l'enfant dans le cas d'une maladie rare

Pour les enfants présentant des agénésies dentaires (dents manquantes), dans le cadre d'une maladie rare, les traitements implanto-prothétiques peuvent être pris en charge par l'Assurance Maladie : 2 voire 4 implants dans la région antérieure (l'avant) de la mandibule (mâchoire du bas), les examens pré-implantaires et la prothèse amovible stabilisée par les implants.

Ces informations sont également disponibles sur le site ameli.fr

Prise en charge des implants chez l'adulte dans le cas d'une maladie rare

Pour les adultes présentant des agénésies dentaires, dans le cadre d'une maladie rare, les traitements implanto-prothétiques peuvent être pris en charge par l'assurance maladie : 10 implants au maximum, examens pré-implantaires, greffes si nécessaire et prothèse(s) amovibles(s) stabilisée(s) par les implants.

Nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement concernant ces prises en charge.

^ Haut de page