Retour  la page d'accueil

Notre offre de soins

Accédez aux fiches des services des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Rechercher dans les offres de soins (pôle, service, activité, praticien...)

Recherche aux HUS : Les anticorps neutralisants, un nouveau marqueur prédictif qui ouvre la voie vers une stratégie préventive innovante de la néphropathie à BK virus chez les greffés rénaux

Version imprimable

Le Pr Samira FAFI-KREMER et son équipe (Laboratoire de Virologie) en collaboration étroite avec l’équipe des Prs Sophie CAILLARD et Bruno MOULIN (Néphrologie), ont identifié un nouveau marqueur capable de prédire dès le jour de la transplantation, le risque de survenue d’une néphropathie dans l’année qui suit la greffe de rein. Cette découverte ouvre la voie vers une stratégie préventive innovante des maladies associées au BK virus. L’étude a été cofinancée par les HUS, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR_LabEx TRANSPLANTEX) et l’Inserm. Les résultats sont publiés dans la revue internationale « Journal of American Society of Nephrology». La néphropathie associée au BK virus est une des causes majeures du dysfonctionnement et de la perte du greffon chez les transplantés rénaux. A ce jour, il n’y a pas de traitement spécifique contre le BK virus  et l’absence de marqueurs prédictifs des maladies associées au BK virus complique la prise en charge des patients greffés.

Dans une étude longitudinale prospective sur une cohorte de greffés rénaux suivis pendant 2 ans, les chercheurs ont identifié un nouveau marqueur qui consiste à doser chez le receveur du greffon rénal, les anticorps neutralisants dirigés contre le BK virus du donneur sur une simple prise de sang, le jour de la transplantation. Un seuil d’anticorps a été défini au cours de l’étude en dessous duquel les patients sont dans le groupe à risque. A contrario, la présence d’un taux plus élevé a un effet protecteur

Cette étude révèle pour la première fois le rôle clé des anticorps neutralisants dans la protection contre l’infection par le BK virus et la néphropathie associée à ce virus. Elle permet ainsi non seulement la prise en charge précoce des greffés rénaux mais représente également la preuve de concept pour le développement de nouvelles stratégies antivirales préventives et/ou thérapeutiques basées sur les anticorps neutralisants anti-BK virus. Dans ce contexte, le Pr Samira FAFI-KREMER et son équipe ont obtenu le financement pour une étude multicentrique (PHRC National, 21 CHU participants) qui vise à évaluer l’administration des immunoglobulines intraveineuses, source d’anticorps neutralisants anti-BK virus, en prévention chez les greffés de rein à fort risque de développer une néphropathie à BK virus.

Accèder à l’étude : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29042457
 

Recherche

^ Haut de page