Retour  la page d'accueil Faire un don

Maladies à transmission vectorielle et autres

Version imprimable

Les moustiques sont vecteurs de nombreuses maladies parasitaires et virales, et sont également responsables de fortes nuisances. Il est donc recommandé de se protéger contre leurs piqûres avec un type de protection adapté aux risques.

Les moustiques qui transmettent le paludisme (genre Anopheles) piquent habituellement entre le coucher et le lever du soleil – la protection doit être maximale pendant cette période.

  • Porter dès la tombée de la nuit, des vêtements longs, clairs, amples et imprégnés de produits répulsifs à base de pyréthrinoïdes (perméthrine) ainsi que chaussettes et chaussures fermées. Le produit est efficace pendant plusieurs semaines en pulvérisation (voir notice du fabricant), et résiste à plusieurs lavages s'il est utilisé en trempage. Pour les enfants, il est préférable de ne pas porter le tissu imprégné directement au contact de la peau :
  • Utilisation d'une moustiquaire imprégnée d'insecticide pour dormir : elle assure la meilleure protection contre les piqûres de moustiques nocturnes par son effet insecticide et insectifuge.

Les moustiques qui transmettent les virus de la dengue et le virus du chikungunya (genre Aedes) piquent habituellement le jour :

  • utilisation de répulsifs cutanés : application sur toutes les parties du corps peu ou pas couvertes,
  • port de vêtements imprégnés d'insecticides le jour,

Produits recommandés

Concentrations des substances actives entrant dans la composition de répulsifs corporels jugés efficaces en fonction des tranches d'âge et de population (d'après les « Recommandations de bonne pratique pour la protection personnelle antivectorielle » organisées par la Société de médecine des voyages et la Société française de parasitologie, label HAS*)

NB : Les recommandations d'utilisation figurant dans le tableau concernent l'usage de répulsifs cutanés dans les zones à risque de maladies graves à transmission vectorielle. En dehors de cette situation de risque grave, l'Afssaps précise qu'au vu des résultats des évaluations européennes en cours concernant les substances répulsives, l'usage de l'IR3535 est à privilégier chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Catégorie d'âge et de population Nb max application par jour DEET**1 Picaridine2 PMDRBO2 IR 35352
6 mois âge de la marche4 1 10-30 %   20-30 % 20 %
Age de la marche - 24 mois 2 10-30 %   20-30 % 20 %
24 mois – 12 ans 2 20-30 % 20-30 % 20-30 % 20-35 %
> 12 ans, adulte, femme allaitante 3 20-50 % 20-30 % 20-30 % 20-35%
Femme enceinte 3 30 % 20 % 20 % 20 %

Précautions d'emploi : pas plus de 3 applications/jour. Eviter le contact avec les yeux. Ne pas appliquer sur les muqueuses ou sur des lésions cutanées étendues. Ne pas appliquer en cas d'antécédents d'allergie cutanée à l'un des composants

*Disponible à : http://www.medecine-voyages.fr/publications/ppavtextecourt.pdf

**En cas d'exposition aux anophèles vecteurs des Plasmodium, agents du paludisme, la concentration minimale efficace de DEET est de 30%.

1Le DEET a fait l'objet de la première expertise au niveau européen, une restriction d'usage est émise chez l'enfant de moins de 2 ans. Cependant, en cas de risque élevé de transmission d'une maladie vectorielle, il est utilisable sur une période courte en respectant scrupuleusement le nombre d'applications maximum admis et les conditions pratiques d'usage chez l'enfant. Sauf en cas d'antécédents de convulsions ; éviter les contacts du DEET avec les plastiques, vernis, verres de montres et lunettes ; attention, le DEET diminue l'efficacité des crèmes solaires.

2L'IR3535, l'icaridine et le PMDRBO (para-menthane-3,8,diol Rich Botanical Oil) sont en cours d'évaluation au niveau européen.
Ne pas utiliser les bracelets anti-insectes, les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l'homéopathie, les raquettes électriques, ni les rubans papiers et autocollants gluants sans insecticide.

Produits répulsifs bénéficiant d'un avis favorable du groupe d'experts de l'AFSSAPS

^ Haut de page